L’allaitement maternel

Le lait maternel est l’aliment le plus approprié aux besoins de l’enfant. Inimitable, il contient tous les éléments spécifiques de l’espèce humaine et les seuls réellement adaptés à une croissance harmonieuse.

Le lait maternel apporte également les anticorps indispensables qui renforcent l’immunité du bébé contre certaines maladies. Il permet de lutter contre les infections extérieures. Contrairement aux idées reçues, le lait maternel n’est pas stérile. Il contient des germes, et c’est grâce à cela, que bébé peut construire sa flore intestinale et synthétiser la vitamine K.

Les premiers jours de l’allaitement, le bébé reçoit du colostrum. C’est le premier lait fabriqué par la mère. Il est riche en éléments de défense contre les infections et en substances qui préparent son intestin. Il contient de nombreux nutriments qui participent à la synthèse des membranes cellulaires, en particulier du système nerveux central.

Le colostrum s’enrichit progressivement en graisses et en lactose et devient un lait de transition. Le lait n’est mature qu’une vingtaine de jours après la naissance. Ainsi, le lait maternel a une haute valeur nutritionnelle et contient tous les éléments indispensables au nouveau-né : graisses, sucres, protéines, sels minéraux. Sa proportion de lactose élevée évite à Bébé d’être constipé.

Le lait maternel est très digeste car les protéines de lait maternel se transforment dans l’estomac en petits caillots, alors que le lait de vache se transforme en gros caillots.

allaitement-lait-sein

Il contribue à prévenir l’allergie chez l’enfant qui a une prédisposition familiale. On a observé que les enfants nourris au sein présentaient moins d’allergies alimentaires ou cutanées que ceux nourris au sein. Il diminue les risques d’obésité ultérieure.

Comment allaiter et combien de temps allaiter ?

L’allaitement maternel est recommandé, si possible de façon exclusive, jusqu’à l’âge de 6 mois révolus (selon les recommandations de l’OMS) et au moins jusqu’à l’âge de 4 mois.

Dès le quatrième mois de grossesse, le corps est prêt à fabriquer du lait. Peu importe le volume de la poitrine et la forme du mamelon, la glande du sein se développe et les alvéoles produisant du lait se multiplient. Lors de l’allaitement, le bébé stimule l‘aréole en tétant, ce qui envoie un message au cerveau de la maman.

Le sein secrète le lait principalement lorsque le bébé tète. Il est important d’être à l’aise pour allaiter. Il existe autant de positions que de femmes pour allaiter : chaque maman sait trouver la position idéale et confortable pour elle et son bébé. Toutefois, trois positions sont conseillées pour les jeunes mamans débutantes:

–    la madone, la plus classique. Le bébé est allongé, estomac contre estomac contre sa mère. Le bras entoure le bébé et vient soutenir la tête et le cou du bébé.

–    la madone inversée. Le bébé est contre le flanc de la maman, qui tient son sein pour le donner. C’est une position idéale pour les jumeaux.

–    la position allongée. La maman est allongée sur le flanc et donne le sein au bébé qui est allongée contre elle. Cette position est vivement recommandée en cas de césarienne. Cette dernière n’est pas un obstacle à l’allaitement.

allaitement-maternel-sein

Bien entendu, il est indispensable d’allaiter la nuit dès la naissance. Il est impossible de sevrer un nouveau-né 10 heures par jour, alors qu’il a reçu une alimentation continue par le cordon ombilical. Toutefois, inutile de le réveiller, s’il dort. Le repos est indispensable pour l’allaitement.

Les petits tracas de l’allaitement

L’allaitement n’est pas toujours facile. Pour beaucoup de femmes, le rythme ne vient qu’à partir du troisième mois. Le seul conseil à donner est de faire confiance à votre bébé. Il sait quand il a faim et vous fera clairement savoir.

–    Les contractions utérines lors de la tétée

Les contractions utérines peuvent être douloureuses après l’accouchement, mais disparaissent très rapidement. Inutile de vous inquiéter : elles sont de bonne augure pour votre utérus.

Ce dernier, en se contractant, reprend sa position et sa forme initiale, évitant tout risque d’hémorragie. Il existe aucun traitement particulier contre les contractions.

–    Les crevasses

Vers le 4ème jour d’allaitement, de nombreuses femmes souffrent de crevasses, rendant très douloureux l’allaitement. Pour y remédier, il faut surveiller la bonne position du bébé qui doit être face au sein et prendre toute l’aréole du sein (et pas seulement le mamelon) en bouche.

Les jours qui suivent la naissance, les tétées sont très longues. Il faut éviter de trop prolonger les tétées, tout en veillant à ce que Bébé ait bu suffisamment de lait. Vous pouvez appliquer de la  lanoline, qui est un remède anti-crevasses miraculeux.

–    Vous n’avez pas assez de lait

Il arrive que l’allaitement dont la production de lait mette un certain temps pour se mettre en place. L’idéal est de mettre l’enfant à téter le plus souvent possible : plus Bébé tétera, plus vous aurez du lait.

Il n’est pas recommandé de donner des biberons de complément. Votre montée de lait sera moins stimulée. L’enfant risque de confondre le sein et la tétine. La manière de téter est différente et boire au biberon est bien facile. Il arrive que les bébés soient donc sevrés très rapidement et ce, par facilité.

Si la prise de poids de votre enfant n’est pas suffisante, donnez des suppléments minimes : 30ml quand la ration de son âge est de 90ml par exemple. Il existe des compléments médicamenteux qui donnent plus de lait tels que le dompéridone (anti-vomitif qui a pour excipent du lactose) et cela marche vraiment.

Allaitement et alimentation de la maman

Allaiter ne nécessite pas de manger plus. Les régimes amaigrissants, quels qu’ils soient, sont contre-indiqués au cours de l’allaitement.

Enfin, l’allaitement permet une relation privilégiée avec le bébé : le contact peau à peau est très agréable pour la mère et l’enfant. Après 9 mois de lien, Maman et Bébé se retrouvent tout naturellement pour un moment privilégié : la tétée. Cette proximité physique permet de créer des liens affectifs.

Le sevrage

L’idéal est que le sevrage se fasse en douceur, quand l’enfant et la mère le désirent. Dans la réalité, les choses ne sont pas toujours si simples.

Allaiter et travailler sont compatibles mais pas évident. Ainsi, la reprise du travail autour des 3 ou 6 mois sonne la fin de l’allaitement. L’introduction du biberon pour un bébé uniquement nourri au sein est parfois un élément radical pour le sevrage, qui est alors très rapide.

L’enfant réclame le biberon, lui demandant moins d’efforts pour boire. Toutefois, beaucoup de bébés aiment le sein et là, il faut commencer par espacer les tétées. Beaucoup de mères ont souvent une phase où elle n’allaite plus que le matin et le soir, puis que le soir.

La production de lait diminue de manière significative. Le sevrage peut être naturel. La prise de médicaments pour stopper la production de lait n’est pas recommandée, sauf pour raison médicale. La meilleure chose est d’écouter bébé.

Derniers articles sur le blog de Super Bébé
Derniers sites inscrits sur Annuaire du net
Abonnez-vous sur Facebook